Une vie par delà la lumière de Marion Obry

Titre : Une vie par delà la lumière 
Auteur : Marion Obry 
Editions : Valentina
Pages :  329 
Prix : 15€
 
 
Résumé : 
 
A l’insu des humains, sous terre, vit un peuple aussi étrange que dangereux.
 
Magnifiques créatures à la peau pâle, aux traits gracieux et aux ailes élégantes, elles auraient tout des fées si leur régime alimentaire n’était pas uniquement composé de sang frais…
 
 
 
MoN aViS : 
 
Ce roman a été lu en lecture commune  avec Phébusa  

Tout d’abord, ce qui m’avait attirée dans ce roman outre les avis positif que j’en avais entendu parlé, ce fut la couverture qui je trouve est magnifique et le résumé assez intrigant tout de même. 

Dès le prologue, aussi court soit il nous met déjà l’eau à la bouche malgré qu’il ne fasse deux pages. En effet, on y voit deux adultes dans un endroit sombres fuyant une menace avec deux nourrissons avec eux. Mais tous deux doivent fuir et se séparer. 
 

Puis nous sommes plongés dans deux mondes différents : celui de Yaelle, dans sa vie quotidienne auprès de sa mère et de sa vie de lycéenne, partageant ses seuls moments avec son meilleur ami Erwan surtout lorsqu’elle n’est pas persécutée par ses « peste » de Barbara et Nathalie. Et de l’autre celui de Kyhaël, dans le monde des ténèbres, celui des Fées. Un monde intrigant et sanguinaire.
 

L’auteur a su nous captivée tant par ses personnages qui je dois dire sont vraiment attachants et touchants en plus d’avoir de magnifique prénoms, que par son histoire originale auquel je n’avais encore jamais encore lu d’histoire de ce genre. Des fées qui se nourrissent de sang humains est vraiment original, et donc la revisite du mythe du vampire m’a vraiment captivée, et m’a toujours envie d’aller plus loin dans l’histoire car beaucoup de questions restent en suspend et ne seront dévoilées que bien plus tard.. Bien que cela puis faire conte de « fée », il n’en est rien puisqu’ici l’auteur ne ménage vraiment pas ses personnages que ce soit hommes, femmes, enfants même et animaux. Certaines scènes dont les descriptions sont très bien travaillé par l’auteur, sont vraiment très sanglantes et quelques peu choquante. 
 L’écriture de ce roman est vraiment bien fait, très détaillée, très bien décrit sans l’être trop, l’écriture est fluide et les pages se tournent d’elles-mêmes sans que l’on se rendent compte que nous sommes déjà arrivé à la fin. J’ai bien aimé l’alternance de point de vue, avoir la même scène vu par l’un ou l’autre des personnages qui peuvent apportés une explication que l’on avait pas avant, une pensée de chacun d’entre eux. Par contre le seul point négatif que je mettrais à cela, est qu’a la fin cela en devient un peu redondant, Avoir les mêmes répliques mots à mots, m’ont parfois un peu gêné, il aurait peut être fallu à mon sens le retranscrire en style indirect ou le résumé mais bon ce n’est que mon ressenti. Sinon j’ai beaucoup aimé la plume de l’auteure en tout cas.
 
Les personnages sont attachants et touchants comme dis plus haut et chacun apporte son lot d’émotions, et de caractères et ont un rôle plus ou moins important à tenir dans cette histoire. 
Je tenais à dire que l’auteur a une imagination incroyable et j’ai beaucoup aimé les noms des personnages tels que Yaëlle, Kyhaël, Singana, Reilla etc. 
Mon petit coup de cœur va pour Erwan, cet humain prêt à tout pour sa meilleure amie, qui prend soin d’elle lorsqu’elle se fait persécuté par les pestes du lycée. J’ai aimé apprendre à connaître les personnages, apprendre a les détester pour certains, a avoir eu une boule au ventre pour d’autres.
 
La fin est juste magnifique, prévisible pour ma part mais superbe.  Une fin qui laisse de l’espoir dans les cœurs de chacun des personnages.
 
Mon seul regret face à ce livre : l’avoir fini aussi rapidement en deux petites soirées :'(

 

 
Un livre donc que je vous conseille de lire vivement. Une jeune auteur qui doit se faire connaître par son talent car elle le mérite vraiment. Faites partager cela autour de vous !! Ce livre doit être connu de tous.
Ma note :9/10
 
 
Citations :  

Yaëlle : « Pourquoi la vie est-elle si injuste ?
Reilla : Parce que la mort est douce. »



Cet article vous a plus ? Partagez le !

Classés dans :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Un commentaire